Histoire de la Vigne et du Vin en Valais

Musée valaisan de la vigne et du vin

la mestre
Dimanche 21 septembre Au pied des murs en pierres sèches de Clavau

Départ 9h30 du Bisse de Clavau, route de Grimisuat

Prix 15.00

Inscriptions : museeduvin@netplus.ch ou 027/456 35 25

Exposition : Oswald Ruppen Valais Vigne et Vin en lumière

MVVV Sierre, prolongation jusqu'au 31 juillet 2014, ma-di 14 -17 h

Commandez l'ouvrage

Vous êtes ici > histoire > un cépage, une histoire |

PETITE ARVINE, DIVINE IDYLLE AU GOUT SALÉ

petite arvine

La Petite Arvine a longtemps joué les rôles secondaires avant de devenir l'ambassadrice des vins du Valais. Son ancienneté et son origine autochtone ne font aucun doute: le cépage Arvine est ancré en terre valaisanne depuis au moins quatre siècles.

Les documents anciens laissent entendre que la culture de l'Arvine reste modeste comparée à celle du Muscat, de l'Humagne et du Rouge. Encore délaissée dans la première moitié du 20ème siècle, elle suscite l'engouement des vignerons et des dégustateurs par la suite. Les surfaces de Petite Arvine ont presque quadruplé entre 1991 et 2008. Ces nouvelles plantations bénéficient des meilleures sélections, car elles demandent beaucoup d'attention. Certains spécialistes comparent d'ailleurs la Petite Arvine à «un seigneur très exigeant.» Seules les meilleures expositions sont favorables à ce cépage de troisième époque, qui ne supporte ni les sols trop fertiles ni une trop grande sécheresse. Les dégustateurs apprécient sa typicité et son potentiel de garde. Ils parlent volontiers de nez de pamplemousse, d'arômes de rhubarbe ou d'ananas et, en bouche, de fruit de la passion, de kiwi ou de coing. Des articles de presse en Suisse et à l'étranger vantent les mérites de ce blanc puissant et certains producteurs de réputation internationale lancent des cultures d'Arvine ailleurs en Europe.



Pour éviter toute utilisation abusive de leur nouvelle reine, l'Etat du Valais et le Service cantonal de l'agriculture se battent pour obtenir une dénomination traditionnelle qui la protègerait de toute copie, au même titre que le Fendant, la Dôle et le Goron.

Sources : Histoire de la Vigne et du Vin du Valais, «Petite Arvine: l'histoire d'une suivante devenue reine», Sabine Carruzzo, Arnaud Meilland, Christine Payo et Chantal Ammann-Doubliez, historiens; «Premières mentions de l'Arvine et de l'Amigne au XVIIe siècle», José Vouillamoz, ampélographe.

©2011 | museeduvin@netplus.ch | MVVV - Rue Ste Catherine 6 - 3960 Sierre | tél. +41 27 456 35 25 | web-design: www.pole-in.ch